thumbnail

'On ne saurait cacher la rivière du féminin qui est en nous' : cet extrait du spectacle Ave Eva est un bon résumé. A l'honneur : la parole faite femme, la parole des femmes, la parole aux femmes mais celle pleine de respect et d'amour, pas celle de l'amour-séduction superficiel. A travers seize chansons  en français, vieux français, copte,  judéo-espagnol, arabe, grec, turc, galicien ancien, latin, la chanteuse et musicienne Catherine Braslavsky, soutenue par le musicien et diseur Joseph Rowe, nous chante la Femme à travers le temps,  à travers les langues. 
'Ave Eva' est finalement plus efficace qu'un cours de sociologie, pourrait-on dire. Il y a de la tension, de l'émotion qui atteint son apogée sur des titres tels que 'O Nobilissima Viriditas' (deux poèmes de la flamboyante abesse Hildegarde de Bingen née en 1098 et morte en 1179, mis en musique par la chanteuse) ou 'Kyrie du 12 mai', un hommage en grec aux victimes du terrorisme. Ce spectacle se déploie dans l'atmosphère hors-temps du Théâtre de l'Île Saint-Louis, idéale pour un spectacle qui nous fait traverser le temps. 
Enfin, et il est normal d'en parler ici, ces artistes nous font remonter également aux racines de la chanson française, à travers la figure du troubadour Guillaume de Machaut. C'est là qu'on comprend que la chanson existait bien avant le tumulte des médias. Chaque artiste qui court à tout prix (et comment l'en blâmer) après un passage tv, radio, etc devrait toutefois garder à l'esprit que la chanson a des siècles d'existence qui ne méritent sans doute pas d'être enfermés à l'étroit dans une lucarne audiovisuelle (origine de la télévision : 1877...et encore... ).

79834905_999660367099333_1515975296296157184_n

79904453_838950119883248_8655085895805829120_n

80188227_1075572216128310_4433825255126990848_n

80325916_809653162829107_1936365956494262272_n

80368522_534409817415736_7862158065934532608_n

'Ave Eva' se tient jusqu'au 2 février 2020. La première représentation a attiré un public attentif et enthousiaste à la fin. Amplement mérité. Malgré les grèves et/ou une forme de monotonie ambiante c'est la force de spectacles comme celui-ci de maintenir une flamme chez le public. Flamme de vie, de désir de se reconnecter à quelque chose de plus grand pour dépasser la platitude du quotidien. 
 Nous avons quitté la salle avec cette interrogation, belle et troublante, celle de ne plus savoir qui chantait :  Catherine Braslasvky ou Hildegarde de Bingen ? 
Gabriel

AFFICHE EVA EVA - Chants Sacrés

 

Hildegarde de Bingen par Catherine Braslavsky et Joseph Rowe