RYADH - Je rêve (Extrait de l'album "Je Rêve")

  

Le chanteur Ryadh ne se moque pas du public, c'est peu de le dire. Textes de haute volée, musiques efficaces, clips soignés : il y a chez lui la volonté de plaire au plus grand nombre (normal) mais sans se trahir, ce qui est déjà plus rare. Bref, vous l'avez compris, c'est un chanteur sincère, authentique qui a accepté de répondre à nos questions. 

DSC02192

DSC02206

DSC02278

DSC02383

 

 

On sent chez vous de la rage dans les mots, de la colère, et en même temps une forme d'humour (comme en témoigne votre premier clip) : qu'est-ce qui vous fait réagir, qu'est-ce qui vous donne envie de chanter ?


Ça dépend, ça peut être parfois la colère, parfois l'envie de fuir (surtout en ce moment) ou encore l'extase de la vie comme quand on mange un plat délicieux…Mais chanter pour moi c'est exorciser mon mal être, mes angoisses, et en faire court instant de plaisir explosif ! Trouver un point de vue drôle, fort, tragique, puissant, fou, d'une réalité qui nous paraissait fade…Et donc pour trouver ce petit truc je chante ce qui me touche directement ou indirectement pour que mes chansons illustrent la petite pensée folle que j'ai eue ! 

Vos chansons, vos clips sont très soignés, vos prestations scéniques également, peut-on dire sans choquer que vous vous inscrivez dans l'optique de faire carrière ?


La musique est pour moi quelque chose d'indispensable, c'est viscéral je ne peux pas m'en passer. Quand je la mets de côté sans m'en apercevoir, je tombe peu à peu dans un sentiment d'apathie, voir même peu à peu dans la déprime ou la dépression.. Avec la musique je me sens vivant, je me sens exister et j'ai l'impression d'avoir mon rôle dans la société, je me sens à ma place. Donc le mot "carrière" n'est peut être pas adapté car ça n'est pas une fin en soi, je ne suis pas "carriériste", mais en tout cas mon but est de pouvoir vivre que de ça. C'est comme ça que je serai heureux. Donc au delà de "carrière" on peut même dire que c'est ma raison de vivre !

L'actualité est lourde. Il y a quelque chose d'intemporel dans vos titres : le rapport au passé, aux origines, les duretés de la société. Quel regard justement portez-vous sur le monde culturel actuel ?

Oui l'actualité est lourde, séries d'attentats, montée du FN, la loi travail, gouvernement de gauche qui mène une politique de droite, l'impression que cette société capitaliste arrive peut être un peu à bout de souffle…C'est dans ces moments que l'art devient important pour relever notre société. J'ai un regard extrêmement critique sur le monde culturel actuel, et je pense même qu'il y a un lien entre le départ de certains jeunes de quartiers pour faire le jihad et la pauvreté culturelle de ce qui est diffusé sur les ondes des radios qui leur est destiné en partie.

Le problème des quartiers est toujours présent, il y a pleins de jeunes qui grandissent en ayant aucune prospective d'avenir et ça ça ne date pas d'hier..Sauf que quand j'étais petit, entre les années 90 jusqu'à 2000, je me souviens que les rappeurs qui représentent ces jeunes étaient des rappeurs "conscients", qui délivraient un message de revendication ou de positivité, et du coup les poussaient à réfléchir.
Aujourd'hui dans le paysage de la musique urbaine grand public, on ne parle que de sexe (le sexe pour vendre, le sexe de l'apparence et de l'image, pas le plaisir du sexe) et d'argent…
Et étant donné le manque de finesse avec lequel ils en parlent on comprend pourquoi petit à petit il y a de plus en plus de jeunes "perdus" qui deviennent derrière facile à récupérer…
J'ai un profond dégoût pour ce que le Hip-Hop "mainstream" est devenu, et je le place en premier responsable de ce qui nous arrive aujourd'hui qu'il s'agisse des responsables des labels, des artistes (bien qu'ils ne méritent même pas cette appellation).
Et je pense que quand on est artiste il faut être conscient de toutes les responsabilités que l'on a, de toutes les conséquences que cela comprend, car la musique, c'est aussi une forme d'éducation !

 

Ryadh 3

 

Ryadh 5

 

Ryadh 6



Notre blog a souvent tenu à mettre en valeur des talents issus de la 'diversité' de la chanson francophone, non pas pour faire bien, mais parce que nous avons jugé cela nécessaire à un moment donné. Dans nos pages, nous avons souvent évoqué Stromae, Indila mais aussi Olivier Goulet (l'O), Jann Halexander, Urbain Rinaldo, Vincent Ahn etc, comment vous situez-vous par rapport à ces artistes ? Dans quel style vous classeriez-vous (même si les étiquettes peuvent être réductrices) ? Avez-vous des influences, qu'elles soient musicales ou autres...

Alors oui c'est vrai que je n'aime pas trop les étiquettes, du coup j'aurai plutôt tendance à me placer dans la catégorie des artistes "libres", qui cherchent à trouver un style singulier. Ca n'est pas faire original seulement pour "sortir du lot" mais plutôt pour faire une musique qui me ressemble un maximum.

Mes parents sont originaires de l'Algérie, donc je me considère comme étant le symbole de ce que peut apporter la richesse de deux cultures… J'adore écouter Brel ou Balavoine mais parfois cela manque un peu de "groove" qui n'est pas absent dans la langue, mais plutôt dans la culture, alors que la culture africaine (et donc aussi maghrébine) est bien plus axée sur des rythmes qui pulsent, qui peuvent mener même jusqu'à la trans… quand j'écoute de la chanson à texte je suis frustré toujours par le manque de "groove", du fait que ça ne soit pas dansant, et dans les musiques dansante je suis en manque de sens un peu plus profond des textes, j'estime que par mon histoire d'enfant d'immigré, c'est une force que j'ai d'être un peu au milieu de ces deux cultures, et j'ai donc décidé de ne pas m'auto censuré en me permettant de faire une musique qui réunirait les deux. Et j'ai du beaucoup travailler pour y arriver, désapprendre tout ce que j'avais appris pour reconstruire en enlevant tout ces automatismes et tout ces codes que l'on nous apprend au conservatoire etc…

Et concernant mes influences musicales, elles sont très larges ; j'ai étais bercé par le rap du Minister Amer ( Passy et Stomy Bugsy à leurs débuts ), puis j'ai fait le conservatoire classique en piano (jusqu'au diplôme de fin d'études) ou j'écoutais seulement Chopin, Liszt, Rachmaninov… puis le conservatoire jazz, une période ou j'ai beaucoup écouté Herbie Hancock. A l'adolescence j'ai beaucoup écouté Tryo et Jimi hendrix , et par la suite j'ai joué dans beaucoup de groupes, Rock, Blues, Funk, Soul, Pop, Jazz, Afro, Hip Hop, electro…

Quels sont vos projets ? Des internautes nous ont demandé si on pouvait bientôt vous voir sur scène à Paris ou ailleurs...

Alors je compte me faire connaître, donc pour la rentrée j'ai pas mal de dates de prévues sur paris, mais je vais aussi aller en Bourgogne, en Belgique, en Normandie, en Bretagne, et à Montpellier. Je vais faire un clip pour presque chaque titre de l'album, et je compte rejouer dans le métro pour diffuser plus facilement mon message aussi. Si un internaute veut que je joue dans sa région, qu'il me contacte par mail car j'ai vraiment envie de jouer dans toute la France ! (projetryadh@gmail.com)

Et sinon toutes les dates sont mises sur le site ryadhmusique.com, n'hésitez pas à y aller une fois par mois car je mets en ligne les concerts seulement une fois que les dates sont fixées (c'est pour ça que Belgique, Montpellier, et Normandie j'attends encore les confirmations des dates définitives avant de les mettre en ligne)

Avant de nous quitter, la question incontournable et légère traditionnelle, sur ce blog qui existe depuis 2008 : quel est votre plat préféré ?

Alors mon plat préféré est un plat italien qui est la parmigiana di melanzana !! Aubergine, sauce tomate, mozzarella di bufala, parmesan, huile d'olive…Mon dieu c'est juste magique comme plat je le conseille à tous, c'est un plat typique de Naples… mmmmhhhhhh….. Bon appétit à tous !

 Merci !

RYADH - SOUS FRANCE (Extrait de l'album "Je Rêve")