JoyetBernard Joyet : paroles de la chanson "Le Gérontophile"

...Il est un auteur majeur du monde de la Chanson...Bernard Joyet, vos chansons nous enchantent, nous font passer du rire aux larmes...Avec vous, Bernard, nous serons jamais vieux !


Le gérontophile

Album: Au temps pour moi

 

Certains de nos congénères
Ont la manie bien singulière
De tomber bêtement amoureux
De plus jeunes qu'eux
Quelques dangereux maniaques
Guident leurs ardeurs démoniaques
Vers les tendrons, les jouvencelles
Et les pucelles
Gamines nubiles, novices
Sont l'objet de leurs sévices,
Ils font la sortie des lycées,
C'est insensé !

Cette irréparable offense
À la pureté de l'enfance,
Perpétrée par ces renégats
Fait du dégât
Ce genre d'enfantillage,
C'est le doigt dans un engrenage
Vis à vis du code pénal
Ça peut fair'e mal
De ce côté je suis tranquille,
Car moi je suis gérontophile
La bonne soupe est dans les vieux pots,
C'est mon topo !

{Refrain:}
Viens m'aimer mémé, viens mémère !
Le temps fait du bien à l'affaire !
J'aime ce grain d'sel dans tes cheveux !
Un petit examen s'impose,
Mignonne, allons voir si l'arthrose
A point d'effets libidineux !

J'aime les doyennes et les douairières,
Et les grisonnes et les rombières,
Les femmes d'académiciens,
J'fais dans l'ancien
Maisons de retraite, hospices,
Voilà des endroits propices
On n'a qu'à l'ver le petit doigt,
On a le choix
J'aurais, d'après les psychologues,
L'obsession de l'archéologue,
Le complexe du reliquaire,
De l'antiquaire

{au Refrain}

Dans les cimetières, il y a des veuves,
Presque fraîches, presque neuves,
Qui tomb'raient la culotte de deuil
En un clin d'oeil !
Tant de soldats morts en campagne
Ont abandonné leurs compagnes
En panne sur la page trois
Du Kamasoutra
Celles-là ne demandent qu'à nous suivre
Histoire de compulser le livre,
De l'dévorer jusqu'à plus faim,
Jusqu'au mot "fin"

{au Refrain}

Vivez, prenez de la bouteille,
Rev'nez quand vous serez bien vieille,
Ridée, décrépite, édentée,
Ça peut m'tenter
La muette amplifie le geste
Pour montrer qu'elle a de beaux restes,
Et la sourde crie bien plus fort :
Encore, encore !
Madame, quel désir vous agite ?
C'est le diable qui vous excite ?
Non monsieur, ce corps qui frissonne,
C'est Parkinson

{au Refrain}

Parfois ma déraison s'égare,
Je rêve de la perle rare
Qui aurait connu la maman
De Jeanne Calment

http://www.bernardjoyet.com/
http://www.chanson-net.com/tranchesdescenes/artistes_joyet.htm
.