Culture et Chanson

Magnétique Djen Ka...

46741307_888528278004981_9014125894528139264_n

Djen Ka embellit la playlist de Culture et Chanson cet automne. De la pop francophone de qualité, de  haut vol pour être honnête. Nous avions déjà remarqué son titre Katedral en 2018 (un peu dans la lignée de Camille). Le clip 'Ils se mélangent' accompagne la sortie du nouvel ep de l'artiste : clip sublime, plein de grâce avec ses danseuses et danseurs en alternance avec le visage du chanteur magnétique, sur une musique pleine de tensions. On reste pendant plusieurs jours avec la voix du chanteur dans la tête et les visages graves des danseurs.  

Djen Ka - Ils se mélangent - (Official Music Video)

 Djen Ka - Katedral

 Interview DJENKA | Dans mon Rayon | Groupe Sonowest

  

S'il passe près de chez vous en concert, allez-y, notre intuition nous dit que cela vaut le coup.

  

76757003_1155169608007512_767234047016435712_n

Posté par Luc_Melmont à 01:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,


S'évader avec la chanteuse Nat Van Ba #interview

Nous en parlions l'an dernier comme d'une belle révélation avec son titre 'Insomnies', Nat Van Ba, chanteuse de pop urbaine eurasienne, surprenante originaire de Lyon continue son chemin et suscite toujours notre intérêt. Nous sommes donc heureux à la rédaction qu'elle ait accepté de répondre à nos questions. C'est une artiste naturelle, pleine de fraîcheur qui a joué le jeu. 

photo 8

 

Nat Van Ba, merci d'accepter cette interview. Quand on écoute vos chansons et quand on voit votre dernier clip, on a le sentiment que vous étouffez dans le monde contemporain, pourquoi ? 

OHHH en effet, je vois que vous avez très bien cerné l’ambiance et le message de ce titre «  Vision dans le viseur », OUI  il s’agit d’une ballade musicale traduisant l’envie de s’évader, de fuir le monde urbain, les responsabilités, de fuir le fait de devoir "faire bonne figure" face aux normes imposées par la société… Nous avons tous à un moment donné de nos vies eu envie de tout plaquer, d’oublier nos objectifs, nos responsabilités pour pouvoir se retrouver quelques instants plongés en pleine nature , ou au sein d’un milieu plus ludique, un besoin d’évasion quoi … 

Votre clip possède une belle fluidité, comment s'est déroulé le tournage, d'où viennent les idées, les plans ?

Buzz Extatic, étant aussi à l’initiative de certains plans, lui et moi ont été à l’initiative de l’écriture du story board, avec la collaboration de Di Angelo Prod le réalisateur du clip qui a aussi choisi de mettre en avant tel ou tel plan et qui lui-même a effectué le montage. Je ne pourrai pas entrer dans les détails.

Nat Van Ba- VISION DANS LE VISEUR

  Vous allez monter de nouveau sur scène dans le cadre d'une soirée caritative. Quel est votre rapport à la scène ?

Je commence à adorer la scène, je suis novice en matière de scène, mais plus j’en fais, plus j’apprécie. Il s’agit pour moi comme je le dis de LA VRAI VIE, car sortir des clips, être présente sur les réseaux c’est bien mais pouvoir chanter en live face à des personnes étant là physiquement est magique, pouvoir interagir et voir un public qui apprécie la soirée est super. Pour le moment il s’agit de chanter 4 ou 5 titres en première partie ou dans le cadre d’évènements mais le but à très très moyen terme voir court terme est d’être en capacité de proposer un show de 40 minute voir plus.

Que vous disent les gens dans la rue ou après les concerts ? 

Pour être sincère, vous me  dîtes «  Dans la rue » , alors je ne suis pas assez connue LOL pour que les gens se ruent sur moi dans la rue, restons objectifs en phase avec la réalité,  MDR, mais si nous disions plutôt « Devant la salle après le concert » en parlant de ceux et celles qui étaient présent lors du show….Ils me disent pour la plupart «  C’était vraiment super, ce mélange violon voix et musique urbaine avec beatmaking est bien réalisé et original, continue, nous avons apprécié » , ou encore «  Belle découverte, continue » 

Pourquoi vous avez choisi la pop au lieu du rap, du jazz, etc ? 

Alors la musique que je propose est justement orienté  quelque peu rap, si nous parlons des instrumentales aux connotations hip hop, trap cloud musique etc …J’aime la chanson française acoustique mais j’adore le hip hop  et la musique urbaine depuis un moment et de plus en plus, alors il s’agit de musique urbaine allant du RnB, à de la Trap Cloud music (Futur Clip) ou encore parfois des titres plus orientés chanson mais toujours en respectant les codes urbains de la musique hip hop, telles que le font très bien mes deux collaborateurs Bonetrips et BuZz du studio Extatic sur Villeurbanne.(Gros Big Up au passage , car tout cela est grâce à eux)

Vous parlez peu de l'enfance, de l'adolescence et pourtant on sent des non-dits, que représente pour vous l'enfance, l'adolescence ?

Cette période représente le début où j’ai commencé à écrire  poèmes, textes etc (à l'âge de 12 ans je chantais déja). Parallèlement je chantais des chansons connues. C’est assez tard finalement que j’ai décidé d’allier les deux, mon gout pour le chant avec mon goût pour l’écriture.  

 

vietnam-ninh-binh

 

Pour prolonger un peu notre réflexion, que représente l'Asie pour vous ? 

L’Asie représente mes origines, enfin à moitié, étant Eurasienne, de mère Vietnamienne et de père Français ; L’Asie représente mon enfance en terme de culture lorsque je vivais avec ma mère, ce continent représente une partie de mes racines lointaines que je souhaiterais visiter de plus près (Sinon l’Asie représente les nems ahahah que j’adore manger accompagnés de sauce sucrée)

A moyen terme quels sont vos projets ?

A moyen terme, je suis en pleine construction de mon live , de mon set, pour lequel pour le moment m’accompagne ALTEA GULSUM violoniste sur nos morceaux ; le but étant de proposer un live de 45 minutes, interactif, cohérent, avec sûrement une 3ième personne, maîtrisant les machines sur Abletone live pour déclencher les sons et pouvant également jouer du clavier sur scène. Je compte sortir d’autres clips, d’autres sons, continuer à produire mes quelque titres su scène en attendant de me produire tout court avec un Live complet. Et trouver une co-production au delà de la distribution ; étant cependant très très heureuse d’être distribué par Washi Waha (Distribué par Believe) c'est vraiment Top. Et à moyen terme pouvoir devenir pleinement intermittente du spectacle avec mes Lives.

Et sinon à moyen terme, racheter une maison en bois à mon lapin qui  est intégralement en train de détruire la sienne, bientôt inexistante (déjà plus de porte) lol

Une question traditionnelle sur notre blog : votre plat préféré ? 

AHAHAHAH les nouilles asiatique, désolé on ne change pas une équipe qui gagne (je plaisante car gourmande j'adore aussi pleins d'autres plats de toutes origines différentes ) 

4f1ef205e15e1ac382a475242bfd9e23e4b1e347-wok-de-nouilles-chinoises-aux-legumes

Merci !

Titre 'VISION DANS LE VISEUR' disponible sur les plates-formes digitales

 

Posté par Luc_Melmont à 11:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

Claudio Zaretti : solaire et poignant

69008299_2521937237869359_2697323067721383936_n

Depuis quelques mois, le public semble (re)découvrir Claudio Zaretti (qui chante depuis des années) et on ne peut qu'approuver. Annoncé presque à la dernière minute, son passage à l'Atelier du Verbe (certes modeste mais ce n'est plus une raison) avait fait le plein. L'intérêt qu'il suscite a été renforcé par l'intégration de tout son catalogue au sein du label Vagua Song et disponible sur toutes les plates-formes de streaming. Claudio Zaretti est écouté en France, en Italie, en Espagne, en Allemagne, en Afrique du Sud et même...à Honolulu !

"Cosmos Hotel" Claudio Zaretti

Claudio Zaretti chante "Cosmos Hôtel"

Zaretti est un peu comme un cousin éloigné d'Enrico Macias et Nino Ferrer. Son style est solaire mais ne vous laissez pas avoir. Car derrière le soleil, il y a parfois cette douleur si forte propre aux gens du sud. Les choix des titres ne sont pas anodins, ne serait-ce que pour parler de ceux des albums : 'Utopia, Utopia', 'Deux diamants', 'Je sais d'où je viens', 'Puisqu'il faut un jour'. Nulle tiédeur, c'est tout un programme. Savoir d'où l'on vient n'est pas donné à tout le monde. Mais l'artiste ne fait pas de leçon. Et ceux et celles qui ne savent toujours pas d'où ils/elles viennent peuvent l'écouter et s'en retrouver apaisé(e)s. C'est la force d'une chanson, c'est la force d'un artiste dont on attend les prochains concerts, on le lui souhaite, un peu partout en France et ailleurs.

Claudio Zaretti Toi qui écoutes (Clip Officiel)

Avec 4 albums et des chansons-pépites, des vraies réussites à l'image d'une certaine variété exigeante, nous avons considéré à la rédaction qu'il était normal d'en parler et à partir de la semaine prochaine de lui consacrer une semaine spéciale à travers Culture et Chanson. Et puis nous espérons bientôt l'interviewer. 
La rédaction

CLAUDIO ZARETTI "je sais d'où je viens "à L'Espace Jemmapes (Paris) 28 avril 2015

Dans le même courant : Enrico Macias, Nino Ferrer, Herbert Pagani...

enrico-macias

ferrer

51IrJS4tXAL

52609017_10157017850223430_4108907053584482304_n

L'affaire Médiapart : quand l'arroseur arrosé n'est pas celui que l'on croit...

 

R-9121475-1475147303-2369

 

 

A la rédaction, nous avons toujours pensé que Médiapart n'était que l'équivalent politique et intellectuel de Closer. Et que la multiplicité des rubriques n'était qu'un prétexte, un leurre pour cacher les vraies intentions de ce média : c'est un organe politique dont l'essence est le buzz et il faut désormais le considérer comme tel. On aura rarement vu à ce point des journalistes sûrs de leur bon droit, sous le prétexte de vouloir défendre la république, jeter en pâture quoiqu'ils en disent un homme politique qui jusque là n'intéressait...personne. Allez, pas grand monde. Journalistes à la morgue suffisante qui appellent les responsables politiques à se remettre en question mais qui évidemment ne sauraient se remettre en question eux-même. C'est la dimension obscène de ce média. Plenel, trotskiste reconverti en père la morale doit enrager. Plus il répète qu'il n'y a pas d'affaire Médiapart, plus...il renforce l'affaire Médiapart dans l'opinion publique, consciemment et inconsciemment. Marteler une négation (il n'y a pas) renforce l'existence de la chose, de l'affaire que l'on nie. Etrange d'ailleurs qu'un journaliste ignore cela. 

Voilà, on se croirait dans une fable de la Fontaine. Macron a été malin en soutenant de loin de Rugy et en acceptant sans attendre sa démission. De Rugy a été malin en posant sa démission. Par cet acte, il interpelle l'opinion qui se dit : 'déjà ? Et la présomption d'innoncece, c'est fait pour qui ?'. Certes par le passé, cet homme politique n'aura pas été brillant en donnant des leçons de transparence aux autres. Mais on peut avancer que sa démission est aussi le fruit de son isolement au sein du gouvernement. Il n' a pas de réseaux, peu de soutien, la pilule fut difficile à avaler et on peut supposer qu'il s'est demandé si cela valait le coup de rester dans ce gouvernement. Il se sera protégé moralement et politiquement. Car de cette démission, il peut ressortir grandi. L'opinion publique, qui ne saurait être réductible aux aboyeurs des réseaux sociaux, se dit que 'ma foi, cet homme ne méritait pas tout ça'. Et c'est vrai. Il n'a tué personne, il n'a pas vendu des armes, il n'a pas trempé dans un trafic de drogue, il est peut-être même l'un des personnages les plus lisses de la vie politique de ces trente dernières années. Et peut-être par le discrédit qu'un média a voulu jeter sur lui, il se façonne un petit côté sulfureux qui peut plaire à de nombreuses personnes. 

Maintenant que l'enquête interne a blanchi de Rugy, la parade de Médiapart est de dire que les enquêtes internes du gouvernement ne sauraient être crédibles. Peut-être mais attention à ce genre d'argument. Le dénigrement ne mange pas de pain, certes, mais qu'on se souvienne des climato-sceptiques nous expliquant que le Giec n'était pas crédible. Il fait chaud n'est-ce pas ? D'ailleurs notre ministre démissionnaire peut dire merci à la Canicule qui occupe l'espace médiatique, incontestablement. Et si jamais les médias parlent de Rugy, ils ne parlent plus de l'affaire de Rugy mais de l'affaire Médiapart (il suffit de taper sur google, le basculement est surprenant). Clairement, Médiapart ressort affaibli de cette histoire et s'il conserve son noyau de lecteurs, pas sûr qu'il en gagne de nouveaux. Critiquer et ne pas accepter la critique est quelque qui passe mal.

 Que Plenel et ses collaborateurs balayent devant leur porte et fassent un stage d'humilité. Je citerai les paroles d'une voisine perfide et que j'adore (elle se reconnaîtra) :'' La délation maquillée par le vernis moral reste de la délation. D'ailleurs c'est une tradition bien française n'est-ce pas ?''. De Rugy avait le chic pour donner des leçons de transparence, écrivions-nous plus haut. Arroseur arrosé. Et c'est Médiapart à son tour qui devient l'arroseur arrosé. Doit-on les plaindre ? Non car ils ont l'indignation sélective. Il y aurait tant à dire sur Emmanuel Macron et son 'non-rôle'/ 'rôle' (avec Le Drian) dans le maintien en place des dictatures gabonaises et camerounaises, pour ne parler que de celle-là, son foutage de gueule quand il dit du plus grand bien de la diaspora africaine. Mais Plenel fait attention, lui qui a tout fait pour avoir l'honneur d'interviewer Macron et de lui dire, tout excité et fier de lui, que le président est un citoyen comme un autre. C'est là encore l'une des failles d'un média qui prétend défendre la démocratie et qui, en le faisant, flatte les instincts les plus bas et les plus populistes d'une partie de la société française, (y compris les anti-noms à particule) aux confins de l'extrême-droite et de l'extrême-gauche.

 Prochaine séquence : la réintégration de Ruugy au sein du gouvernement. Si on ne respecte par la présomption d'innocence pour un homme politique, pourquoi la respecter pour un citoyen lambda. En respectant la présomption d'innocence et en ne cédant pas à l'injonction des moralistes des médias et des réseaux sociaux, tout le monde en sortira gagnant. 

Lecteurs, lectrices, vous vous demandez pourquoi nous parlons politique sur ce site. C'est certes rare, ce n'est pas inédit et notre thématique de prédilection, la Chanson, est politique. Et si Mediapart se souciait vraiment de la démocratie et de tout ce que cela implique (transmission libre des idées, des arts), il aurait parlé des problématiques rencontrés par le milieu chanson, peut-être qu'il aurait invité Jacques Bertin, chanteur et un des meilleurs analystes de la prise en compte de la chanson par les pouvoirs publiques. Donc les responsables politiques. (Dernières nouvelles, finalement Médiapart cible Macron. L'affaire de Rugy en passe de faire pschitt tralala, peut-être le dossier Alstom avec Macron comme protagoniste pourrait être le nouveau feuilleton de l'été pour l'organe politique. Mais un peu comme la fable d'Esope, pas sûr que l'opinion publique suive)

 

Tout cela nous évoque la superbe chanson du québécois Jean-Pierre Ferland 'Les journalistes'

Les journalistes

 

Les Journalistes

Paroles

Beaucoup de mots, très peu d'humour, moitié pinson, moitié vautour
Ça dépend de l'heure et du jour, de l'édition et du tirage
Ils ont autant d'élan moral qu'ils ont de pages à leur journal
Ça fait du bien, ça fait du mal, ça dépend de leurs avantages
Ils vous habillent à leur façon, vous prêtent des déclarations
Vous coupent en deux ou trois tronçons, ils vous tuent puis ils vous éventrent
Ils racontent ce qu'ils ont su, d'un autre qui est bien connu
Un autre qui est très bien vu quand ils n'ont rien su ils inventent

Quand ils ont lu Tintin, Prévert, quand ils ont écrit quatre vers
On les consacre reporters dans la mode ou la politique
Quand ils n'ont plus assez d'idées on les met aux chiens égarés
Quand y'en a plus ils sont mutés, on les met aux rangs des critiques
As-tu vu mon papier tout frais c'est presque du papier monnaie
Est-ce que tu connais Bossuet, tout à fait moi moins la légende
C'est pas du mou, c'est du brutal et puis ça fera original
J'avais mal à mon piédestal quand on monte plus y faut descendre

Pour les comprendre il faut les voir, le moins souvent mais certains soirs
Surtout quand ils jouent l'épluchoir aux soirées des grandes premières
Le bras pendant, la plume au bout, le programme sur les genoux
Ils feignent de comprendre tout mais s'ennuient comme au cimetière
Et leurs critiques terminées, il faut les voir se corriger
Faisant toute objectivité comme s'ils avaient payé leurs places
Et le lendemain au matin vous la trouverez dans un coin
Une à la deux et deux fois rien, question de goût, question d'espace

Quand on sait tout on ne sait rien, je sais peu mais je le sais bien
J'ai appris dans un quotidien toutes les lois fondamentales
J'ai appris ce que je savais, le moins c'est faux, le plus c'est vrai
Le plus c'est gros plus c'est épais, le moins c'est blanc, le plus c'est sale
Quand vous écouterez ma chanson ne sautez pas aux conclusions
Sachez que vous faites exception et que gagner sa vie c'est triste
Ne me mettez pas aux arrêts, gardez vos rages pour après
Quand je n'aurai plus de succès, quand je deviendrai journaliste

Source : Musixmatch

Paroliers : Jean-Pierre Ferland

Paroles de Les Journalistes © Renlec Les Editions, Editorial Avenue, Avenue Editorial

 

Adieu Anne Vanderlove...

4901592640_772e13bf19_b

Certes, 'La ballade de Novembre' fut un immense succès dès sa sortie en mai 1967, restant dans le haut des charts pendant trois semaines. Ce titre fit d'Anne Vanderlove une star et pas seulement en France. Mais il ne faudrait pas réduire Anne Vanderlove à une chanson, ce que ne manqueront pas de faire les nostalgiques. Elle fut l'une des premières chanteuses avec Anne Sylvestre et Dalida au début des années 70 à produire ses propres disques. Et il faut rappeler le poids de sa discographie considérable, il suffit d'aller sur spotify pour en prendre la pleine mesure (on ne saurait passer sous silence 'La Mort d'Orion de Gérard Manset, disque culte auquel elle participa) . Nous n'avions pas attendu que la Vanderlove nous quitte pour en parler sur Culture et Chanson. C'était en février 2014. Femme  à la voix douce et réconfortante, femme à l'envoûtante beauté et aux chansons hors-temps, hors-siècle, femme au regard incroyable, ses yeux brillaient comme des étoiles dans nos brumes intérieures. Puissent désormais ces étoiles briller dans la constellation majestueuse des artistes.

00a

61365008

117975231

IY9A0268_20_282_29

 

 

Anne Vanderlove - La fontaine de Dijon - 1967

 

 

 

 

 

Posté par Luc_Melmont à 14:01 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


#specialpride YVON chante 'Une étoile solitaire'

YVON

Aujourd'hui c'est la fête à Paris. Ce 29 juin, des millions de personnes LGBT et leurs ami(e)s, leurs familles défilent dans les rues de Paris. Alors les esprits aigris, qui pinaillent vont encore dire que c'est de l'exhibition etc etc. Mais c'est important de montrer cette visibilité. C'est un pierre jetée à la honte et au silence dans lesquelles trop de personnes LGBT s'enferment ou sont enfermées. Cette année le symbole est encore plus fort puisqu'onfête les cinquante ans des émeutes de Stonewall aux Etats-Unis, où des gays et des trans se sont rebellés contre des policiers. Pour accompagner cela en chansons, nous aurions pu proposer du Juliette Gréco, du Dalida, du Donna Summer, du Diana Ross, du Mylene Farmer, du K.D Lang, du Georges Mickael, du Janet Jackson, du Emmanuel Moire voire du Anatomie Bousculaire ou du Nicolas Bacchus. Nous avons choisi sur la suggestion d'internautes la version live (au Café de la Danse le 14 janvier 2013) du titre 'Une étoile solitaire' du chanteur YVON. C'est lent, c'est beau et il faut écouter entre les lignes. 

Yvon Chateigner.Une étoile solitaire

 

 

Posté par Luc_Melmont à 12:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

Souvenir : Catherine Ribeiro 'Folle Amérique'

images

A l'heure où Trump fait des siennes, il est bon de se rappeler...qu'il n'a rien inventé en conservatisme outancier. Il y eut Bush, oui, certes. Puis avant Reagan. Et alors on écoute 'Folle Amérique' de la grande Ribeiro (qu'elle chanta devant François Mitterrand lors de son passage à Bobino en 1982) . Et on se dit qu'on pourrait remplacer 'Reagan' par 'Trump'. Sur la forme, ça sonnerait moyen mais sur le fond, cela aurait le même sens.

Catherine Ribeiro Folle Amérique

 

Posté par Luc_Melmont à 19:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

La poésie décalée de Cécile Goguely à la Comédie Dalayrac

A la rédaction, nous apprécions les surprises. Récemment, l'annonce du nouvel album de Clémence Savelli, en souscription. Et le retour de Cécile Goguely le 28 juin à la Comédie Dalayrac. Certain-e-s la surnomment la Ricet Barrier féminine et même si les étiquettes peuvent agacer, il y a un peu de ça. Et nous lui souhaitons une aussi belle carrière.

 

Visuel Web

L'hermaphrodite en public

 

Posté par Luc_Melmont à 19:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

La stupide censure de Facebook ou 'Métamorphose' de Rosie Marie

ei

...Facebook laisse songeur...alors voilà une plate-forme qui peine à faire le ménage dans les insanités qui y circulent, du racisme au machisme en passant par l'homophobie...mais qui n'hésite à pas à censurer la sponsorisation d' un clip sous prétexte...que c'est trop sexy, trop hot...nous apprécions Rosie Marie et son goût pour le travail acharné. Son clip est légèrement sensuel, mais pas sexy, ni hot, il est classieux, de la belle pop made in 2019. Non vraiment c'est n'importe quoi et c'est dommage car facebook fait partie des plates-formes importantes pour promouvoir le travail des artistes. Retrouvez la chanteuse sur scène au Théâtre de la Cible, à Paris jusqu'au 25 juin et le 29 août à Nîmes.

⚡️ROSIE MARIE "METAMORPHOSE"

55528729_2802774159947718_388738198630563840_n

 

 

 

Posté par Luc_Melmont à 23:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

Wolfgang Pissors dans 'Berlin en Seine' du 1er au 29 juin au Théâtre de l'Essaïon

800px-Portrait_Foto_Wolfgang_Pissors

Méconnu, il n'en reste pas moins que le chanteur-acteur Wolfgang Pissors possède un parcours solide : il a joué dans une bonne trentaine de films et téléfilms. Natif de Linderberg en Allemagne, il propose avec la pianiste Isabelle Serrand un spectacle intitulé 'Berlin en Seine' autour des répertoires de Prévert, Brecht, Kurt Weill, pour ne citer que ceux-là. C'est au Théâtre de l'Essaïon, un lieu de référence de la chanson francophone et il s'agit de prolongations du 1er au 29 juin, le samedi et le dimanche. Heureux comme un parisien etc etc ...

AFFICHE BERLIN EN SEINE

 

#Teaser 1/06 - 29/06 : 'BERLIN EN SEINE' au Théâtre de l'Essaïon #prolongations

 

 

Posté par Luc_Melmont à 14:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,