Culture et Chanson

Les rêves du chanteur Ryadh : Interview estivale

RYADH - Je rêve (Extrait de l'album "Je Rêve")

  

Le chanteur Ryadh ne se moque pas du public, c'est peu de le dire. Textes de haute volée, musiques efficaces, clips soignés : il y a chez lui la volonté de plaire au plus grand nombre (normal) mais sans se trahir, ce qui est déjà plus rare. Bref, vous l'avez compris, c'est un chanteur sincère, authentique qui a accepté de répondre à nos questions. 

DSC02192

DSC02206

DSC02278

DSC02383

 

 

On sent chez vous de la rage dans les mots, de la colère, et en même temps une forme d'humour (comme en témoigne votre premier clip) : qu'est-ce qui vous fait réagir, qu'est-ce qui vous donne envie de chanter ?


Ça dépend, ça peut être parfois la colère, parfois l'envie de fuir (surtout en ce moment) ou encore l'extase de la vie comme quand on mange un plat délicieux…Mais chanter pour moi c'est exorciser mon mal être, mes angoisses, et en faire court instant de plaisir explosif ! Trouver un point de vue drôle, fort, tragique, puissant, fou, d'une réalité qui nous paraissait fade…Et donc pour trouver ce petit truc je chante ce qui me touche directement ou indirectement pour que mes chansons illustrent la petite pensée folle que j'ai eue ! 

Vos chansons, vos clips sont très soignés, vos prestations scéniques également, peut-on dire sans choquer que vous vous inscrivez dans l'optique de faire carrière ?


La musique est pour moi quelque chose d'indispensable, c'est viscéral je ne peux pas m'en passer. Quand je la mets de côté sans m'en apercevoir, je tombe peu à peu dans un sentiment d'apathie, voir même peu à peu dans la déprime ou la dépression.. Avec la musique je me sens vivant, je me sens exister et j'ai l'impression d'avoir mon rôle dans la société, je me sens à ma place. Donc le mot "carrière" n'est peut être pas adapté car ça n'est pas une fin en soi, je ne suis pas "carriériste", mais en tout cas mon but est de pouvoir vivre que de ça. C'est comme ça que je serai heureux. Donc au delà de "carrière" on peut même dire que c'est ma raison de vivre !

L'actualité est lourde. Il y a quelque chose d'intemporel dans vos titres : le rapport au passé, aux origines, les duretés de la société. Quel regard justement portez-vous sur le monde culturel actuel ?

Oui l'actualité est lourde, séries d'attentats, montée du FN, la loi travail, gouvernement de gauche qui mène une politique de droite, l'impression que cette société capitaliste arrive peut être un peu à bout de souffle…C'est dans ces moments que l'art devient important pour relever notre société. J'ai un regard extrêmement critique sur le monde culturel actuel, et je pense même qu'il y a un lien entre le départ de certains jeunes de quartiers pour faire le jihad et la pauvreté culturelle de ce qui est diffusé sur les ondes des radios qui leur est destiné en partie.

Le problème des quartiers est toujours présent, il y a pleins de jeunes qui grandissent en ayant aucune prospective d'avenir et ça ça ne date pas d'hier..Sauf que quand j'étais petit, entre les années 90 jusqu'à 2000, je me souviens que les rappeurs qui représentent ces jeunes étaient des rappeurs "conscients", qui délivraient un message de revendication ou de positivité, et du coup les poussaient à réfléchir.
Aujourd'hui dans le paysage de la musique urbaine grand public, on ne parle que de sexe (le sexe pour vendre, le sexe de l'apparence et de l'image, pas le plaisir du sexe) et d'argent…
Et étant donné le manque de finesse avec lequel ils en parlent on comprend pourquoi petit à petit il y a de plus en plus de jeunes "perdus" qui deviennent derrière facile à récupérer…
J'ai un profond dégoût pour ce que le Hip-Hop "mainstream" est devenu, et je le place en premier responsable de ce qui nous arrive aujourd'hui qu'il s'agisse des responsables des labels, des artistes (bien qu'ils ne méritent même pas cette appellation).
Et je pense que quand on est artiste il faut être conscient de toutes les responsabilités que l'on a, de toutes les conséquences que cela comprend, car la musique, c'est aussi une forme d'éducation !

 

Ryadh 3

 

Ryadh 5

 

Ryadh 6



Notre blog a souvent tenu à mettre en valeur des talents issus de la 'diversité' de la chanson francophone, non pas pour faire bien, mais parce que nous avons jugé cela nécessaire à un moment donné. Dans nos pages, nous avons souvent évoqué Stromae, Indila mais aussi Olivier Goulet (l'O), Jann Halexander, Urbain Rinaldo, Vincent Ahn etc, comment vous situez-vous par rapport à ces artistes ? Dans quel style vous classeriez-vous (même si les étiquettes peuvent être réductrices) ? Avez-vous des influences, qu'elles soient musicales ou autres...

Alors oui c'est vrai que je n'aime pas trop les étiquettes, du coup j'aurai plutôt tendance à me placer dans la catégorie des artistes "libres", qui cherchent à trouver un style singulier. Ca n'est pas faire original seulement pour "sortir du lot" mais plutôt pour faire une musique qui me ressemble un maximum.

Mes parents sont originaires de l'Algérie, donc je me considère comme étant le symbole de ce que peut apporter la richesse de deux cultures… J'adore écouter Brel ou Balavoine mais parfois cela manque un peu de "groove" qui n'est pas absent dans la langue, mais plutôt dans la culture, alors que la culture africaine (et donc aussi maghrébine) est bien plus axée sur des rythmes qui pulsent, qui peuvent mener même jusqu'à la trans… quand j'écoute de la chanson à texte je suis frustré toujours par le manque de "groove", du fait que ça ne soit pas dansant, et dans les musiques dansante je suis en manque de sens un peu plus profond des textes, j'estime que par mon histoire d'enfant d'immigré, c'est une force que j'ai d'être un peu au milieu de ces deux cultures, et j'ai donc décidé de ne pas m'auto censuré en me permettant de faire une musique qui réunirait les deux. Et j'ai du beaucoup travailler pour y arriver, désapprendre tout ce que j'avais appris pour reconstruire en enlevant tout ces automatismes et tout ces codes que l'on nous apprend au conservatoire etc…

Et concernant mes influences musicales, elles sont très larges ; j'ai étais bercé par le rap du Minister Amer ( Passy et Stomy Bugsy à leurs débuts ), puis j'ai fait le conservatoire classique en piano (jusqu'au diplôme de fin d'études) ou j'écoutais seulement Chopin, Liszt, Rachmaninov… puis le conservatoire jazz, une période ou j'ai beaucoup écouté Herbie Hancock. A l'adolescence j'ai beaucoup écouté Tryo et Jimi hendrix , et par la suite j'ai joué dans beaucoup de groupes, Rock, Blues, Funk, Soul, Pop, Jazz, Afro, Hip Hop, electro…

Quels sont vos projets ? Des internautes nous ont demandé si on pouvait bientôt vous voir sur scène à Paris ou ailleurs...

Alors je compte me faire connaître, donc pour la rentrée j'ai pas mal de dates de prévues sur paris, mais je vais aussi aller en Bourgogne, en Belgique, en Normandie, en Bretagne, et à Montpellier. Je vais faire un clip pour presque chaque titre de l'album, et je compte rejouer dans le métro pour diffuser plus facilement mon message aussi. Si un internaute veut que je joue dans sa région, qu'il me contacte par mail car j'ai vraiment envie de jouer dans toute la France ! (projetryadh@gmail.com)

Et sinon toutes les dates sont mises sur le site ryadhmusique.com, n'hésitez pas à y aller une fois par mois car je mets en ligne les concerts seulement une fois que les dates sont fixées (c'est pour ça que Belgique, Montpellier, et Normandie j'attends encore les confirmations des dates définitives avant de les mettre en ligne)

Avant de nous quitter, la question incontournable et légère traditionnelle, sur ce blog qui existe depuis 2008 : quel est votre plat préféré ?

Alors mon plat préféré est un plat italien qui est la parmigiana di melanzana !! Aubergine, sauce tomate, mozzarella di bufala, parmesan, huile d'olive…Mon dieu c'est juste magique comme plat je le conseille à tous, c'est un plat typique de Naples… mmmmhhhhhh….. Bon appétit à tous !

 Merci !

RYADH - SOUS FRANCE (Extrait de l'album "Je Rêve")

 

Posté par Luc_Melmont à 16:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,


En finir une bonne fois avec l'Euroscepticisme ?

EuropeFlagCMYKcopie

 

Le Royaume-Uni a dit non à l'Union Européenne. D'une courte majorité, certes, mais le Brexit a été acté. Les eurosceptiques au début exultaient. Mais... les observateurs attentifs auront remarqué que les fanas de l'Euroscepticisme dans notre pays, font profil bas un peu plus chaque jour.

 Et pour cause : si le Brexit avec le recul, ne saurait être une surprise (compe tenu des relations qui ont toujours été compliquées entre le Royaume-Uni et l'U.E), le fait est que 48 pour cent des électeurs ont voté pour le maintien dans l'U.E. 48 % : c'est énorme. L'Angleterre dans sa majorité a dit OUI au Brexit : l'Ecosse et l'Irlande du Nord ont dit NON au Brexit. Avec des majorités écrasantes. 

Voilà que les eurosceptiques et tous ceux qui leur déroulaient le tapis rouge (des hommes politiques aux médias) découvrent qu'il existe des millions de gens qui aiment l'Union Européenne et se considèrent comme faisant partie de cette Europe fédéraliste tant honnie. Ces gens sont leurs frères, leurs sœurs, leurs enfants, leurs voisins... 

Certains commencent à dire que ceux qui votaient NON au Brexit sont de pauvres imbéciles manipulés qui auraient voté par peur : il va de soi qu'un eurosceptique n'est jamais manipulé par qui que ce soit, non, non, non c'est bien connu. Au moment où le Brexit était acté, certains mouvements politiques, de Marine Le Pen à François Asselineau en passant par Dupont-Aignan, ont voulu faire croire, la larme de crocodile à l'oeil, que c'était une victoire du peuple contre le méchant Bruxelles. Vous connaissez la rengaine : Ouh le méchant Bruxelles contre le brave peuple ! 

Sauf que la vérité est plus contrastée : une partie des élites anglaises a voté POUR le Brexit. Cette élite qui déteste Bruxelles et une tendance à l'harmonisation du droit du travail à l'échelle de l'U.E voyait d'un mauvais œil cette Union Européenne qui 'ose' mettre son bout de nez dans ses affaires. Boris Johnson et Nigel Farage ? C'est l'élite. L'élite démagogique, qui va dans le sens du vent. Pour sauvegarder ses intérêts. Nigel Farage veut montrer qu'il ne regrette rien, même si les médias pointent en avant désormais les mensonges qu'il a brandi pour inciter les gens à voter contre l'U.E. Et notre brave Boris : celui qui disait que Londres pourrait dérouler le tapis rouge aux Français pour les affaires...brave arroseur arrosé. Quelle belle ironie.

 Et voilà t-il pas que certains qui ont voté contre l'U.E doutent, regrettent, se rendent compte des conséquences. L'Ecosse veut se casser, l'Irlande du Nord aussi. Des millions de citoyens britanniques veulent obtenir la double-nationalité. Ce n'est pas parce que les Eurosceptiques gueulent le plus fort que ceux qui ne partagent pas leurs points de vue n'existent pas.

 Le Brexit est plutôt une bonne nouvelle. Depuis vendredi dernier, les médias n'ont jamais autant parlé d'Europe, de l'Union Européenne : ENFIN !!!!!!!! Dans les familles on en parle, au bistrot on en parle, sur les forums internet, on en parle encore plus et enfin, l'U.E apparaît dans toute sa complexité. Elle n'est ni le Diable en personne ni une dictature (avez-vous remarqué que ceux qui trouvent que l'U.E est une dictature sont étrangement très indulgents avec la Russie autoritaire et très silencieux sur la Corée du Nord ou la Biélorussie?). C'est une grosse machinerie qui nécessite un manoeuvrage collectif et habile. 

Certes cette Union ne fonctionne pas toujours aussi bien qu'on voudrait, il y a beaucoup à dire (soupir). Mais enfin, il est toujours plus facile de détruire une fourmilière que de la construire. Tout notre soutien et notre respect à ceux et celles qui ont voté NON au Brexit : ils ne sont pas plus cons que les autres, ils ne sont pas plus mous, ils ne sont pas plus riches ou plus intégrés et surtout ils ne sont pas moins légitimes que les eurosceptiques. Non : simplement, ils aiment l'Union Européenne. Tiens d'ailleurs, maintenant, certaines mauvaises langues leur ont trouvé un vilain surnom : les eurolâtres. 

Allons allons, et bien soit, soyons fiers d'être eurolâtres et faisons de notre mieux en tant que citoyens de l'U.E pour faire en sorte que celle-ci fonctionne un peu mieux, dans l'intérêt commun. Au lieu de la détruire comme certains voudraient.

 

L.M

 en savoir plus sur l'U.E

http://europa.eu/index_fr.htm 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Union_europ%C3%A9enne

 

Ma vieille Europe - FRANCE GALL

 

Noir Desir  : L' Europe ( des visages des figures )

 

 

 

La Black Pride de Paris du 15 au 17 juillet : un événement fondateur ?

13244824_839671556137426_1898407731310846164_n

 


Du 15 au 17 juillet se tiendra la Paris Black Pride. De quoi s'agit-il ? D'un événement qui favorisera le dialogue sur l'importance de l'inclusion sociale et la visibilité des personnes LGBT de couleur en France et ailleurs en Europe. Pour les ignares : LGBT = Lesbiennes, Gays, Bisexuel(le)s, Transexuel(le)s

Sur leur site, il est question d'hommage à deux personnalités de la culture 'black', 'lgbt'. Le bât blesse : si pour James Baldwin, cela semble naturel, on peut s'interroger sur le choix de Joésphine Baker. C'est une artiste que nous respectons à la rédaction, mais pour ce qu'elle est, pas forcément pour ce qu'elle représente. En faire une figure 'LGBT' nous paraît un peu précipité. Joséphine Baker fut le première 'STAR' du 20ième siècle, pas seulement star noire, c'est incontestable. Mais elle aussi une figure d'une certaine France conservatrice. Bien sûr, elle eut quelques liaisons (qui ne lui ont pas laissé des souvenirs mémorables) avec des femmes. Mais elle fut dure par exemple avec l'un de ses fils, dont elle ne supportait pas l'orientation homosexuelle. Il faut lire les biographies extrêmement documentées pour comprendre la complexité d'une femme qui, certes, avait une tribu arc-en-ciel (ses enfants de toutes origines), mais qui ne voyait aucun inconvénient à se rendre dans l'Afrique du Sud de l'Apartheid au début des années 70 pour y présenter une revue de french cancan. D'ailleurs, si elle était scandalisée sur le principe par l'Apartheid, ce n'est pas pour autant qu'elle s'intéressa vraiment à ce que vivaient les Noirs là-bas, lors de son séjour elle n'a pas cherché à rencontrer des artistes noirs, métis, indiens. Joséphine Baker est une figure irrécupérable, quelque soit la cause (féminine, communautaire, etc). C'est peut-être ce qui fait sa grandeur, cette sorte de marginalité flamboyante.

Espérons également au travers des conférences, tables-rondes organisés dans le cadre de cet événement qu'il sera fait un éclairage sur des associations qui ont beaucoup oeuvré pour la visibilité des gens de couleur LGBT dans l'espace francophone (nous pensons à Tjenbé Rèd en tête, que nous avons interviewé ici) et sur les artistes et intellectuels hommes et femmes qui furent pionniers à une époque où le silence, l'invisibilité, y compris dans la communauté LGBT étaient la règle : Vincent Mac Doom, Magloire, D'Geyrlad, Jann Halexander, Maïk Darah, Louis-Georges Tin etc.

Malgré notre perplexité et les interrogations que nous nous posons à juste titre, nous dirons que c'est une affaire à suivre de très près car c'est quand même un gros événement, important, qui montre bien que la France a changé, l'Europe a changé : le monde a changé*.

Les infos sur leur site :

http://fr.parisblackpride.org

 

L.M

* A noter que ce monde qui change, ce doit être insupportable pour certains quand on lit les commentaires violents sur l'article consacré à la Black Pride, sur le site de Yagg.

Culture et Chanson aime 'COME' de Jain

Jain - Come

  

Sorti au début de l'été dernier, COME de la chanteuse Jain rafle tout sur son passage. Reste à savoir si c'est le début d'une belle carrière - on le lui souhaite - ou juste un coup. Toc, toc, toc : quelqu'un a des nouvelles d'Indila ?

 

L.M

Posté par Luc_Melmont à 02:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Culture et Chanson soutient 'Papa, Mum', le nouveau titre très pop de Jann Halexander

'Aimer qui, Aimer quoi, pour se sentir vivre' : le nouveau titre 'Papa, Mum', de Jann Halexander sonne plutôt pop. Une des surprises musicales de cette année ? Disponible sur les plates-formes de téléchargement légales. 

L.M

Couverture single Papa, Mum - Jann Halexander

Jann Halexander - PAPA, MUM

 

 

 

 

 

Posté par Luc_Melmont à 02:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


Culture et Chanson soutient le concert Happy Bi'rthday 19 mai organisé par Bi'Cause à Paris

ConcertBicauseAffiche

 

Culture et Chanson soutient non seulement le spectacle vivant mais aussi tout ce qui promeut le vivre-ensemble. Quand nous avons reçu le communiqué sur le concert organisé le 19 mai contre l'homophobie, la biphobie, la transphobie, bref l'intolérance basée sur les orientations amoureuses, sexuelles, nous avons applaudi des 4 mains et décidé de relayé l'information. Notre soutien aussi aux artistes qui ont décidé de participer à cette manifestation.

Nous ne pouvons que vous conseiller d'y aller.

L.M

***

Toutes les informations ci-dessous. 

Année Bisex'style : épisode 3 

2016, année Bisex’style, est l'occasion pour l’association Bi'Cause et ses partenaires d'organiser de nombreux événements autour de la bisexualité.

Après l’Ebi’phanie en janvier, 
Après la Balade en Bi’Cyclette en mars, 
Bi’Cause organise à présent un concert ! 
Happy Bi'rthday 
contre la biphobie, l'homophobie, la transphobie… 
Cette étape intervient dans le cadre de la journée internationale IDAHOT : 
Bi’Cause fêtera ses 19 ans 
Jeudi 19 mai, 
à partir de 19 heures *
dans le 19ème arrondissement **
Nous feront l'honneur de leur participation les artistes suivants : 
Alain PIZERRA 
Christophe MADROLLE 
Jann HALEXANDER 
Jo Ann PICKENS & l'Archange Gospel 
ORIGINALS. 
Thomas POLLY 
et en 1ère partie, le groupe LES SONS CACHÉS 

Lors d'une récente enquête ***, près de 75 % des répondant-e-s estiment que les bisexuel-le-s peuvent être discriminé-e-s en fonction de leur orientation sexuelle. 
En France, 10 % des personnes bisexuelles ont fait une tentative de suicide contre 5 % des hétérosexuel-le-s ****
La biphobie (attitudes ou manifestations de mépris, de rejet, de haine envers les personnes bisexuelles) est à l’origine de cet écart alarmant. 
La plupart des manifestations de biphobie s’appuient sur des idées reçues. 
« Les bisexuel-le-s sont incapables de choisir un camp. » 
« Les bisexuel-le-s sont forcément infidèles. » 
« Contrairement aux lesbiennes et aux gays, les bisexuel-le-s ne sont pas discriminé-e-s. » 
« La bisexualité n'est qu’une mode. » 
« Les bisexuel-le-s sont toutes et tous des obsédée-e-s sexuel-le-s. » 
« La bisexualité n’existe pas, ce n'est qu'une passade. » 

Ce phénomène a ceci de particulier qu'il s’exerce dans les milieux gays et lesbiens comme dans le reste de la société. 
Ces idées biphobes, largement répandues, contribuent à l’invisibilisation de la bisexualité et nourrissent les discriminations à l’encontre des bisexuel-le-s par une société qui nie l'existence même de leur orientation sexuelle. 
Dans les initiatives autour de l'IDAHOT et durant toute l'année Bisex’style, la visibilité de la bisexualité est un outil politique pour affirmer notre existence et la nécessité de lutter contre l'oppression spécifique dont nous sommes victimes. 
Informations sur http://bicause.fr/2016-annee-bisexstyle/ 

* Ouverture à 19h avec buffet anniversaire et buvette. 
** Fermeture des portes à 20h. Précisions sur le lieu après réservation obligatoire par courriel sur bicause.contact@gmail.com 
*** 1ère enquête nationale sur la bisexualité publiée en 2015 (Act Up-Paris, Bi’Cause, Le MAG Jeunes LGBT, SOS Homophobie).www.sos.homophobie.org/enquete-nationale-sur-la-bisexualité 
**** BECK et Al., « Tentatives de suicide et pensées suicidaires en France en 2010 », in BEH n°47-48 2011.

Prendre les chemins de Claudio Zaretti

Nous avons évoqué les chansons de Claudio Zaretti sur ce blog. Il nous avait même accordé un bel entretien.

 

8aa347_4b9e43de10a2a451e0cdf646c756f896

 

 

Ne pas rater, en plus, il se produit ici et là, vraiment, y'a moyen de s'arranger. Manieur des mots, musicien hors-pair, ses chansons sont des joyaux. 

Jeudi 10 mars :  Le Rigoletto  à 20h : multi-plateau/ Ben Nodji, Claudio Zaretti et Jean-Pierre Gréco/ 337 rue de Belleville 75019 Paris/ entrée libre 

Dimanche 13 mars : / Clin’s 20 / à 18h/ Claudio Zaretti Acoustic / 49 rue Pixérécourt 750230 Paris/Métro Télégraphe/ possibilité restauration/ : Paf : 2 euros 

Mercredi 23 mars :  Le Gambetta multi-plateau/  à 20 h/Ben Nodji, Claudio Zaretti et Jean-Pierre Gréco/104 rue de Bagnolet 75020 Paris/ entrée libre 

Contrebasse jazzy

Mardi 15 mars : Chez Adel / à 20 h. Duo Steps (guitare, contrebasse) 10 rue de la Grange aux belles/75010 Paris

http://www.claudiozaretti.com/

Posté par Luc_Melmont à 18:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Retour de Docteur Merlin...l'Insoumis ? (de la chanson d'ultra-droite en 2016...)

insoumis-docteur-merlin-500

 

La force de la chanson, c'est qu'elle appartient à tout le monde. Elle n'est pas le pré-carré de tel ou tel groupe social, ethnique, religieux, etc, n'en déplaise à certains. C'est aussi ce qui peut faire sa faiblesse puisque si tout le monde peut chanter, tout le monde n'est pas pour autant capable d'écrire des chansons. Et puis chanter : c'est une chose. Savoir écouter : c'est encore autre chose. Combien de chanteurs s'intéressent vraiment à ce que font les autres, réellement ? 

Très tôt en mettant en place ce blog, j'ai décidé, avec ma liberté de ton, de mettre au même niveau Jean-Pierre Réginal et Jacques Brel par exemple. Je n'ai pas souhaité être pollué par les filtres 'hiérarchiques' de notoriété, nombre de disques vendus, passages en radios, côte médiatique, mais me concentrer sur la chanson en elle-même, rien que la chanson. J'ai souhaité m'affranchir des courants, chapelles, sans les nier, mais en les relativisant. 

C'est pourquoi j'ai interviewé Docteur Merlin il y a plusieurs années. Ceci avait suscité de nombreuses réactions en commentaires mais aussi des messages directs sur ma boîte et...des tentatives de piratage. La liberté éditoriale ne plaît pas à tout le monde. 

La chanson n'est pas de gauche. Il y a des chanteurs de gauche. Et il y a des chanteurs de droite. Il y a des chanteurs d'extrême-gauche. Et des chanteurs d'extrême-droite. La frontière entre l'extrême-gauche et l'extrême-droite est d'ailleurs très poreuse. Mais il fallait parler de Docteur Merlin : un chanteur à textes d'ultra-droite (il ne nous fera pas croire qu'il ne l'est pas) , l'idée est aussi étrange que...Manuel Valls chantant l'Internationale ?

 Alors ce chanteur est une énigme. Voilà quelqu'un qui essaye de faire de beaux disques, bien travaillés, musiqués, réfléchis...mais ses disques ressemblent à des bouteilles à la mer. Comprenez-moi bien : je suis complètement hermétique à ses idées d'ultra-droite, ses vers nostalgiques d'une Europe idéalisée (qui n'a jamais vraiment existé) et qui irait toujours de plus en plus mal à cause d'une gauche satanique. Ah, meine vieux monsieur, les choses ne sont plus ce qu'elles sont, avec le mariage pour tous, tous ces couples mixtes, et ces femmes libérées-tu-sais-c'est-pas-si-facile. Mais enfin, il paraît que près de 30 pour cent de la population de notre bel hexagone adore Marine Le Pen, adore, soutient le Front National. Pourquoi dans ce cas la chanson à textes d'extrême-droite obtient si peu de reconnaissance ? Quasiment absente de la plupart des sites identitaires ! Alors que la chanson 'd'extrême-gauche' vivote, celle d'extrême-droite n'existe quasiment pas : point de médias qui lui sont consacrés, pas de festivals, pas de réseaux, pas de fanzines en ligne. Bref, le désert. Et les ténors de l'ultra-droite, ceux qui n'arrêtent pas de dire des horreurs mais qui soutiennent que la liberté d'expression n'existe pas, que pensent-ils de cette chanson ? Ils s'en foutent. Et vogue la galère : dans les salles louées pour l'occasion, on écoute de la pop américaine pour fêter les victoires chez le FN (vu sur BFM...) Défense de la culture française ? Tu parles... 

C'est là qu'on constate que gauche ou droite, ou sur les marges extrêmes, nos 'représentants' politiques n'en ont strictement rien à foutre de la chanson, de ce que peut dire, écrire un chanteur. 

Autant dire que ce deuxième disque en 15 ans de l'artiste, que j'ai reçu par la poste, intitulé 'Insoumis' passera quasiment inaperçu. Produit par l'Association d'Entraide aux Artistes Européens (rien que ça, tout un programme... ou une comédie), il contient 13 titres avec une ouverture très tradition chanson 'La Java de l'identité'. 

Etant hermétique aux nostalgies des temps révolus, n'étant pas attiré par la chanson 'réactionnaire', je vais difficilement crier au génie et à la vérité de l'artiste. Le monde dans lequel je vis est plein de défauts, de tragédies, de souffrances, mais je l'aime ce monde, je veux vivre dans mon époque. Je n'adhère pas à cette idée que tout était mieux avant... 

Reconnaissons que les textes sont bien écrits, il y a une recherche, clairement. Parfois l'écriture est trop caricaturale pour être crédible. Textes riches, construits, arrangements musicaux dans la plus pure tradition, parfois même des airs entêtants. Objectivement c'est un beau produit. Mais face à l'ambition des textes, Docteur Merlin pèse peu. Il est dépassé par l'ampleur de ce qu'il chante. Et il manque cette sensualité crépusculaire des mots, que l'on retrouvait chez Drieu la Rochelle, Brasillach, Ernest Renant, voire certains titres du chanteur Jean-Pax Méfret des années 70. 

Les fidèles aimeront. Certains, au choix se détourneront du disque par conviction – c'est leur droit. D'autres hausseront les épaules en trouvant qu'il persiste un je ne sais quoi d'inachevé. 

Et Docteur Merlin nous reviendra dans 15 ans ?

 L.M  

http://docteurmerlin.com/ (site très complet, avec extraits en ligne etc)

 

Découvrir la page facebook 'Les chanteuses échevelées !

10363585_955310154486602_4342671409911029675_n

J'actualise peu ce blog pour des raisons personnelles. Et à ceux qui découvrent ce blog, c'est toujours l'occasion de plonger dans les anciens articles, interviews, de (re)découvrir par exemple Jean-Pierre Réginal, Véronique Pestel, Clémence Savelli, des chanteurs peut-être plus connus mais sous un angle différent. Là j'ai envie de vous parler d'une page facebook, c'est la page des Chanteuses échevelées. Régulièrement cette page propose de découvrir des chanteuses francophones, mais pas que, de Marie Laforêt à Diana Ross en passant par Alice Dona, mais également des chanteuses plus 'récentes'. Bref il y a de quoi faire de Jeanne Mas à Mylene Farmer en passant par Juliette Gréco ou Mireille Mathieu. Evidemment le groupe qui anime cette page a ses préférences et c'est bien normal, nous avons tous nos petites préférences. A travers des extraits d'interviews, des vidéos d'archives, prestations en concert etc, cette page est une invitation à la découverte et à la pause salutaire parfois d'un retour en arrière, dans un monde où tout va bien trop vite, où on ne prend plus le temps d'écouter une chanson, savourer une chanson, savourer l'univers d'un(e) artiste.

Voilà également à quoi servent les réseaux sociaux : à la découverte, l'échange, pourquoi s'en plaindre ? 

https://www.facebook.com/Les-chanteuses-%C3%A9chevel%C3%A9es-389891267695163/?fref=ts 

 L.M

 à noter que le groupe a aussi une page youtube. Une vraie mine à pépites... 

https://www.youtube.com/channel/UCoyME89eCM5BZyBZOAsfAxQ/videos

 L.M

Relais du commentaire censuré de L. sur le site scepticisme scientifique

 

C-est-mon-choix-revient-Evelyne-Thomas-aussi_reference

(Voici un internaute avec qui j'ai une correspondance plus au moins régulière suite à ma critique d'un ouvrage de Stéphane Allix. Il a souhaité me faire part de son ressenti par rapport à la censure de son commentaire. Avec son autorisation je publie sa réaction 'introduction' et son commentaire censuré. Cette histoire en dit long sur la façon dont la possibilité de débat est désamorcée par certains sites qui se prétendent porteur d'une certaine vérité. J'ai souvent reçu des insultes avec mon blog, des tentatives de piratages mais par choix personnel je n'ai jamais censuré de commentaires, même les plus bêtes, les plus mesquins, les plus inutiles, au nom d'une certaine liberté d'expression et peut-être parce que les chanteurs dont je parle ont parfois été, sont eux-même victimes d'une certaine omerta médiatique).

 

Bonjour, je fais partager ma réaction à l'émission c'est mon choix où étaient conviés M.Abrassart et M.Allix, que je souhaitais partager en commentaire sur le site scepticisme-scientifique.com. J'avais constaté que ce site, comme tant de sites qui se prétendent du courant sceptique scientifique (le ridicule ne tue pas) font tout pour qu'on ne les contacte (presque) pas. De quoi ont-ils peur ? Quand on prétend assumer ce qu'on fait, qu'on pense, on devrait accepter la contradiction, les échanges. J'ai pris le temps de rédiger un commentaire (ci-dessous) le vendredi 25 février, heureusement je l'ai sauvegardé. Une fois que je l'ai posté, c'était inscrit 'en attente de modération'. Ce qui en soi ne me choque pas mais laisse déjà un drôle de pressentiment. Le commentaire n'a pas été validé. J'exprimais un point de vue sans doute trop opposé (et pas assez caricatural) mais je n'avais certainement pas l'intention de blesser qui que ce soit. Les commentaires conservés sont édifiants. Ils reprochent à un plateau télé de n'inviter que des 'pro-paranormal' mais ils veulent rester entre eux et ne veulent pas de pensée différente. Je crois que si le plateau télé n'avait invité que des anti-paranormal, ils n'auraient rien trouvé à y redire. C'est beau, non, un tel raisonnement orienté ? Voilà qui décrédibilise totalement ce site, leurs intentions. Allez : poubelle. Ce site ne vaut pas mieux que les innombrables sites qui pullulent et qui prétendent nous enseigner que ceux qui nous gouvernent sont des reptiliens...c'est l'exact opposé, ni plus ni moins. Une telle perte de temps, c'est dommage. 

L.

 '' Alors je suis tombé sur cette émission totalement par hasard. 

Je pense qu'il n'y a rien de stupide ou d'anti-scientifique à penser qu'il y a une vie après la mort, que les fantômes existent etc. Ce n'est peut-être pas si extraordinaire. Je ne suis pas non plus le roi des crédules et je méfie des 'réponses à tout' dans un domaine où on a davantage des hypothèses que des preuves claires et précises de vie après la mort ou pas. 

J'étais avec un sceptique plutôt anti-paranormal qui sait tout à fait ce que je pense – le respect mutuel existe, encore heureux. 'Paradoxe' : il est protestant pratiquant, je suis agnostique tendance athée. 

Nous avons regardé l'émission avec intérêt car elle révèle beaucoup de la société dans laquelle nous évoluons. 

Je ne connais pas Monsieur Abrassart, mais montage ou pas, sa façon d'aborder le sujet est digne d'une caricature de zététicien (même Henri Broch passerait pour un modéré). Bref, anti-scientifique mais qui se pare des vertus de la science. Avec une personnalité pareille, difficile de défendre le point de vue respectable de ceux qui pensent que le paranormal est une perte de temps. Il ne faut pas s'étonner de la réaction de Stéphane Allix, assez sanguine. Qu'on l'aime ou pas, il n'en reste pas moins qu'il est l'un des rares journalistes à aller sur des domaines désertés depuis longtemps par ses collègues (qui préfèrent parler de sondages politiques et/ou de Closer) et évidemment par la science. 

Je n'ai pas été cependant convaincu par LE TEST, son dernier ouvrage, qu'une amie m'a prêté. Je suis content de ne pas avoir dépensé d'argent pour ça. Mais je regrette d'ailleurs qu'il ait pondu cet ouvrage. De même que je n'aime pas du tout la tournure bobo-baba-vegan cool que prend la revue qu'il a fondée, Inexploré. Je le regrette d'autant plus qu'il a écrit deux très beaux ouvrages, 'La mort n'est pas une terre étrangère', sur son cheminement face à la mort, celle de son frère, et la sienne et un livre d'une tristesse terrible sur ceux et celles qui disent avoir été enlevés par des Extraterrestres (non, non l'hypothèse de rencontres avec des extraterrestres ne me choque pas non plus, j'ai des origines sud-américaines, et de là d'où je viens côté paternel, c'est considéré comme un fait ou du moins une haute probabilité. Ce sont des anthropologues venus d'Europe, assez fermés qui ont préféré perdre leur temps et le notre en expliquant que tout cela n'était que croyances totémiques...). Deux beaux ouvrages, il a un vrai talent d'écrivain. Mais Le Test, non. Mais enfin, va t-on reprocher à quelqu'un de défendre son point de vue ? Non. 

Je n'aime pas du tout l'hypocrisie de Monsieur Abrassart lorsqu'il dit : il faudrait que la science propose un cadre méthodologique plus approprié. Pourquoi je parle d'hypocrisie : parce qu'il sait très bien que la science française qui donne des leçons de morale cartésianiste (et le pauvre Descartes, bien malmené depuis sa mort) traite ce sujet de la vie après la mort, des fantômes etc, avec réticence, indifférence et mépris (justifié par on ne sait quoi d'ailleurs). Il faudrait que la science veuille aborder ce sujet à bras le corps et qu'elle soit prête à accepter aussi certaines éventualités, qu'elle s'en donne les moyens. Au lieu de ça, elle passe complètement, volontairement à côté d'études suisses, russes, japonaises, nord-américaines (non, ils ne sont pas plus crédules que nous). D'ailleurs je me demande même s'il existe une méthodologie adaptée pour aborder ces questions, mais c'est un autre débat. 

Mon ami sceptique pense que le paranormal est inintéressant, qu'on n'a rien prouvé à ce jour mais s'est rattrapé en disant : en fait, je crois surtout que je m'en fous. Au moins il est clair.

 Je préfère quelqu'un qui étudie le sujet avec maladresse, mais qui le prend au sérieux et évite à certaines personnes, parfois faibles, de se faire embrigader par des associations de type sectaires plutôt que quelqu'un pour qui le sujet est nul et non avenu ...simplement parce qu'il l'a décidé. C'est franchement indécent. J'ai du mal à croire à une vie après la mort. Mais je ne suis pas opposé à l'idée. J'ai été dans le coma suite à une intervention chirurgicale complexe il y a 6 ans, je n'ai rien vu, rien ressenti, juste du néant. L'idée qu'il n' y a rien, je l'accepte aussi.

 Mais il faut ce genre d'émission, même basique. La plupart du temps quand on parle de la mort à la télé française, c'est pour parler de la loi Léonetti ou des cercueils en bois...c'est le drame d'une société réunissant croyants et athées, où on ne sait plus 'mourir'. 

Reconnaissons à M. Abrassart et M.Allix un certain courage à aller défendre leurs points de vue dans une émission populaire (même si M.Abrassart ne m'a pas convaincu et si Stéphane Allix m'a laissé un peu sur ma faim). Le pire, je crois c'est la présentatrice qui en est encore à poser des questions genre 'y croyez vous ou pas'. C'est oublier que la réalité est peut-être plus vaste que ce nous pensons ou alors plus plate que ce nous voudrions, dans les deux cas, la réalité n'est pas là pour cadrer avec nos croyances ou non-croyances. '' 

Le lien en question : 

http://www.scepticisme-scientifique.com/episode-325-jean-michel-abrassart-et-son-passage-dans-cest-mon-choix-a-propos-du-paranormal/

Conclusion du blog

Je n'ai pas vraiment d'opinion sur la question. Je suis bien plus intéressé, je dois avouer par le devenir de la culture en France, notamment à travers la chanson francophone. De mon petit coin de campagne, j'aurais envie de dire que tout cela n'est que querelle de chappelle. D'autant plus que finalement le courant 'sceptique radical' n'est pas si répandu que ça, peut-être même il est minoritaire (d'où son extrême virulence ?) Il appartient aux internautes de se faire leur libre opinion. 

L.M